Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

bandeau-cptc

Centre Pluridisciplinaire Textes et Cultures (CPTC)

Colloque International : Conscience d’auteur et sujet créateur

12-13-14 juin 2013 : Colloque International : Conscience d’auteur et sujet créateur,

 

affiche

 

Université de Bourgogne (Dijon)

CPTC –« Textes-Discours-Représentations » - Jacques Poirier, Joël Loehr

 

Dans les années 1960, l’instance du narrateur prenait toute sa place, celle de l’auteur était devenue encombrante et l’idée même de «sujet créateur » était pour ainsi dire taboue. Dans ses derniers cours au Collège de France, Barthes, sous l’effet d’un « ébranlement du sur-moi théorique », faisait sauter un certain nombre de verrous, confessait sa curiosité pour la « nébuleuse biographique », et ouvrait les perspectives d’un « défoulement ou dé-refoulement de l’auteur ».  

        L’intention qui préside à ce colloque international, organisé par Jacques Poirier et Joël Loehr, membres de l’équipe « Textes-Discours-Représentations » de l’Université de Bourgogne, est d’explorer les options qui s’offrent pour penser la place et la fonction qui pourraient « revenir » au sujet créateur et à la conscience d’auteur. 

      Le colloque s’ouvrira aux points de vue des comparatistes et des linguistes, des historiens et des philosophes. Les contributions pourront s’orienter selon les axes suivants :

1-Conscience créatrice et mimèsis

Alors que la mimèsis aristotélicienne semblait devenue obsolète, ou pire encore anti-poétique (le mimétique comme pur reflet), les relectures du concept par des auteurs comme George Steiner ou Philippe Lacoue-Labarthe en ont renouvelé la portée. On se propose ainsi de faire retour sur la notion d' « auteur » à l'aune de cette notion, et d'en montrer la fécondité retrouvée.

2-Conscience créatrice et fictions critiques

En avançant la notion de « fiction critique », Dominique Viart a attiré l'attention sur un aspect caractéristique de la modernité, qui consiste à penser la littérature, et donc la notion d'auteur et de création, à partir de la fiction. Dans cette perspective, on s'interrogera sur le discours de la fiction et la conscience de la création dont elle est porteuse.

3- Le sujet créateur : voix de l’Universel, écho de l’Anonyme ?

Dans Néocritique, Malraux évoque le magistère que l’Europe reconnut au génie créateur sous la figure du « grand écrivain », qu’on pourrait définir comme celui qui représente à la fois le plus haut degré possible d’implication d’une conscience dans l’Histoire et la capacité à être la voix de l’Universel. Selon Blanchot, parlant des années 1960 dans l’Entretien infini : « Certes les vanités demeurent. Le ‘Je’ littéraire continue à se montrer. On parle encore des grands écrivains, des grands artistes. Personne n’y attache d’importance. Ce sont d’anciens échos qui achèvent de retentir ». 

         La mission d’un auteur est-elle de dresser sa stature sur le devant de la scène, de prétendre parler en son nom propre au nom de tous ? Ou la vocation du sujet créateur est-elle  d’être le « bouc émissaire de l’humanité », d’approfondir des maux qui ne soient plus seulement les siens, de  défixer son identité et de faire éclater sa subjectivité pour n’être plus que l’écho des douleurs de l’Anonyme ?

4-Conscience d’auteur et ethos 

Dans un ouvrage de pensée (sauf cas exceptionnels, comme celui des ouvrages écrits en collaboration), l’auteur assume en personne le discours qu’il produit : on est donc a priori fondé à rapporter l’ethos que le contenu de son discours exprime à l’auteur empirique et à conjecturer que cet ethos correspond à son ethos effectif. Qu’en est-il dans les ouvrages d’imagination ? Quelle place donner aux discours dogmatiques, didactiques ou d’ordre idéologique ? Comment faire le partage entre ethos projectif et ethos effectif ?

5-Le deuxième auteur

Genette considérait qu’il y avait déjà suffisamment de monde dans un récit pour qu’on n’ajoute pas à l’auteur empirique et au narrateur cette instance que Wayne Booth appela « implied author ». L’hypothèse a du coup été comme verrouillée en France, alors qu’elle a continué à porter ses fruits aux USA et ailleurs. L’on voudrait que ce colloque soit l’occasion d’en éprouver à nouveaux frais la validité et la productivité : comment ce deuxième auteur négocie-t-il sa place avec celle du narrateur ? comment trouve-t-il « voix au chapitre » ? dans quelle mesure serait-il soustrait à l’influence des nébuleuses biographiques et socioculturelles auxquelles aucun auteur empirique n’est censé pouvoir échapper ?

6-Science critique et conscience d’auteur

Dans Figures III, Genette déclarait: « La conscience esthétique d’un artiste, quand il est grand, n’est pour ainsi dire jamais au niveau de sa pratique, et ceci n’est qu’une des manifestations de ce que Hegel symbolisait par l’envol tardif de l’oiseau de Minerve ». Le « génie » d’un artiste serait-il dans ce qu’il ne contrôle pas ? Les oeuvres seraient-elles plus intelligentes que leurs auteurs ? Et la science critique plus lucide et plus perspicace que la conscience esthétique du sujet créateur?

 


 

Sujet créateur et conscience d’auteur

Jacques Poirier et Joël Loehr

 

Université de Bourgogne (Dijon)

CPTC – « Textes-Discours-Représentations »

 

12-13-14 juin 2013

Amphithéâtre de la Maison des Sciences de l’Homme

 

 

Mercredi 12 juin

 

13h. 45 : ouverture du colloque par Jacques Poirier et Joël Loehr

 

Séance 1

14h.-18h. : Entre théorie et fiction(Présidence : Jacques Poirier)

 

- Michel Arrivé (Université Paris X) : « Auteur de ‘théorie’ et auteur de ‘fiction’ : quels rapports ? »

- François-Ronan Dubois (Université Stendhal Grenoble 3) : « L’établissement a posteriori de l’auteur : théorisation à partir de quelques cas dans la littérature française du XVIIe siècle » 

-Didier Souiller (Université de Bourgogne) : « Fictions d’auteur dans le roman picaresque »

- Frédérique Giraud (Centre Max Weber) : « L’auteur dans son œuvre : comment analyser les doubles fictifs pour comprendre l’auteur ? »

- Gabrielle Napoli (Université de Saint-Quentin en Yvelines) : « La fiction de l’auteur : traces, tours et détours d’une figure spectrale chez Antonio Tabucchi et Imré Kertész »

-Julie Zamorano (Université de Murcia) : « Enrique Vila-Matas, une écriture autoréflexive »

 

 

Jeudi 13 juin

 

Séance 2

8h. 30 -12h. 30 : Au risque de la disparition (Présidence : Michel Arrivé)

 

- Aude Bonord (Université d’Orléans) : « L’anonymat, une mythologie de l’auteur contemporain »

-Anca Calin (Université Paris Ouest Nanterre la Défense) : « “Qui parle ?” ou la communauté des idées de l’œuvre sans auteur : autour de Blanchot »

-Stéphanie Shuling (Université de Tamkang, Taïwan) : « Thomas et Thomas l’Obscur: la notion de double et l’écriture de la fêlure »

-Bruno Curatolo (Université de Franche-Comté) « La Tête vide de Raymond Guérin : autor absconditus »

-Gisela Bergonzoni (Université Rennes 2) : « La bibliothèque de Gonçalo Tavares et le cygne d’Henri Raczymow : l’autorité dans la fusion de genres »

-Julia Peslier (Université de Franche-Comté) : « L’auteur en fragments : Quartiers critiques de Gonçalo M. Tavares »

 

14h.-18h.

Séance 3

Conscience d’auteur et ethos  (Présidence : Bruno Curatolo)

 

-David Belanger (Université Laval, Québec) : « L’ethos : sentier sinueux vers une autorité narrative »

-Jean-Claude Larrat (Université de Caen) : « Les maximes dans la fiction »

-Valentina Tarquini (Université Paris Sorbonne) : « La propriété de l’auteur africain : entre esthétique et épistémologie »

- Raphaël Lambal (Université de Ziguinchor, Sénégal) : « Asmara et les causes perdues (J.-C. Rufin) : l’auteur comme affirmation d’une présence au cœur de l’action humanitaire »

-Jean-Luc Martinet (CPGE Valenciennes) : « Le classicisme de “l’auteur prolétarien” : Georges Navel et Eugène Dabit »

-Jean-Louis Jeannelle (Université Paris Sorbonne) : « “Quelle honte !” Depardon et la responsabilité du regard documentaire »

 

Vendredi 14 juin

 

Séance 4

9h.-12h. 30 : L’ombre et le vide (Présidence : Jean-Claude Larrat)

 

-Cassie Bérard (Université Laval, Québec) : « Narrer dans l’erreur ou Quand l’auteur conteste dans les coulisses du récit »

-Alain Trouvé (Université de Reims) : « Arrière-texte et figure d’auteur : sur l’antithèse Aragon-Ponge »

-Erika Martelli (Université de Parme) : « L'auteur ecstathique: de Walter Benjamin à Michel Leiris »

-Jiang Dandan (East Normal China University, Shanghai) : « Le sujet créateur et la conscience du vide chez Henri Maldiney »

-Oleg Sergeevitch Lebedev (Université catholique de Louvain) : « L’auteur et son ombre »

 

Séance 5

14h.-16h. : Le lieu de l’auteur (Présidence : Joël Loehr)

 

-Nicolas Bonnet (Université de Bourgogne) : « La fonction auctoriale dans la sémiotique textuelle d’Umberto Eco »

-Olivier Ammour-Majeur (Paris III) : « Apostille au paradoxe sur le “paradoxe de l’énonciation” : Philippe Lacoue-Labarthe, la mimesis et le sujet énonçant »

-Thomas Pavel (Université de Chicago) : « L’auteur entre le génie et le texte »

 

Clôture du colloque : Jacques Poirier et Joël Loehr

 

 

 

Tout l'agenda

Aucun événement

Tout l'agenda Proposer un événement

Chiffres clé

  • 2500 pages publiques
  • 700 rubriques
  • 50 contributeurs et valideurs
  • 1000 photos en lignes dans la future photothèque

Contacts

Bureau 429
Université de Bourgogne, Faculté de Lettres et Philosophie
4 Boulevard Gabriel
21000 DIJON

 

  • Directeur du CPTC

Bajrić Samir
Tél : 03.80.39.55.27
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

  • Directeur adjoint

Bridet Guillaume

Tél : 03 80 39 56 43

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

  • Plateforme administrative

Martin Jérôme

Tél : 03.80.39.55.41
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Picard-Coudor Nathalie

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Université de Bourgogne